Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/09/2007

Un paradis sur Terre - Bintan/Indonésie

Rendez-vous à Bintan, "le pays d'une mesure de poivre" en malais.
Pour juste un petit coup d'oeuil à l'Ile de Bintan.
Un des paradis de notre belle planète.
A vivre !
http://www.banyantree.com/bintan/index.html

04141bf8b6ec466f0a4294cbf452dc44.jpg

10:00 Publié dans International, La Libre Essentielle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

19/09/2007

Marijoli une inspiration végétale aquatique

Découvrez les créations de Marijoli.

La jolie Suisse, Marielle Byworth, s'est établie à Tokyo et crée des bijoux d'inspiration Greco-Romane qui rappellent les formes naturelles des fleurs aquatiques.

www.marijoli.com


3bb0288a35fd82f8af678e6b61c635bf.png




Ces créations sont pour moi dans la vague de nouvelles parures féminines telles que les bijoux adorés de Madame Johanne Riss à Bruxelles que je vous invite également à redécouvrir. Par exemple, le bracelet de la main, un bracelet intriguant, d'une ligne élégante et pure, exclusif dans son design.

www.johanneriss.com
79e080d32daceb8c7609ce6e3110e918.png

11:10 Publié dans La Libre Essentielle, Mode | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

18/09/2007

Ce week-end Belgian Polo Masters Antwerp

A nouveau en Belgique, des compétitions de polo de haut niveau!
à ne pas manquer ce weekend
plus d'infos www.polomasters.bea46ccf697efbd348b9069f71b71bb363.jpg

L’histoire du polo en Belgique & le cheval de polo

C’est en Inde et en Argentine que l’anversois Alfred Grisar découvrit le polo et le ramena au début du siècle passé en Belgique. Etant un grand fan de sport, Grisar constituera à la même époque le Beerschot et plus tard avec quelques amis le Royal Antwerp Polo Club à Hoogboom. C’est d’ailleurs sur les terrains de Hoogboom et d’Ostende qu’eurent lieu les épreuves de polo des Jeux Olympiques de 1920. Grisar, le Baron Gaston Peers de Nieuwburg, Clément Van Der Straten-Ponthoz, Maurice Lysen constituèrent l’équipe nationale Belge.

Le RAPC fut à l’époque l’un des clubs européens les plus important car les bateaux venant d’Amérique du sud avec les chevaux de polo destinés aux grandes équipes de l’époque, faisaient halte dans le port d’Anvers. Le club fut, dès lors, l’endroit idéal pour reposer et entraîner les chevaux après ce grand voyage.

En 1939 le club joua sa dernière saison. Le polo en Belqique s’arrêta avec le début de la seconde guerre mondiale. En 1987, le polo fut réintroduit en Belgique par Olivier du Roy de Blicquy et André Vercoutere. Quoique n’étant pas joueur, ils organisèrent le premier tournois de polo Cartier dans notre pays. La même année, l’Antwerp Polo Club fut crée par Theo Feldbrugge, Dorothée et Chis Huynen, ainsi que Bas Van den Brink.

Aujourd’hui le polo belge est constitué de deux clubs dans le coin d’Anvers; l’Antwerp Polo Club et l’Independence Polo Club, qui rassemblent une vingtaine de joueurs participants à diverse compétition tout au long la saison. Ces deux clubs bénéficient d’excellentes infrastructures et des fréquentes visites d’équipes néerlandaises et allemandes. Anvers à elle seule compte douze terrains de polo.

Le cheval argentin d’origine est le descendant des chevaux amenés par les conquistadors espagnols au seizième siècle. Ces derniers ont quitté l’Argentine, chassés par les indigènes en abandonnant leur cavalerie dans la pampa. L’adaptation de ces chevaux dans la pampa a produit des sujets de petite taille, rustiques, forts qui constituent la race “criolla”. Le cheval de polo argentin est aujourd’hui un produit issu du croisement du “criollo” et de chevaux de race pur-sang anglais.s

Si vous avez des questions au sujet du polo, par rapport aux clubs, aux éleveurs, aux évènements, n'hésitez pas à m'envoyer un message AVEC vos coordonnées. Je les transmettrai à mon ami David Agie de Selsaeten. Il pourra répondre à toutes vos questions...63fcb800ff26f5375c549cb608f58252.jpg

09:00 | Lien permanent | Commentaires (22) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

17/09/2007

tokyo

tokyo lectrice2888.jpgTokyo,

une ville palpitante où les habitants se cotoyent dans un autisme extrême où les rapports humains sont souvent limités à l’environnement du travail. Les pressions économiques et sociales ont un impact majeur sur la démographie.


22:40 Publié dans La Libre Essentielle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lectrice, métro, tokio | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

démographie à tokyo

tokyoview3072.jpgD’après le Professeur Eugène Okamoto (Department of Human Science - Toyo Eiwa University), la civilisation au Japon doit faire face à une réelle diminution démographique qui trouve son origine dans plusieurs facteurs.

“Premièrement, la pression économique très forte exige une présence excessivement longue des travailleurs sur leurs lieux de travail. Il est mal vu de quitter le travail à une heure qui leur permettrait d’avoir une vie familiale épanouie, ni d’arriver légèrement en retard.”

Habillés de noir, ils sont présents à toute heure du jour et de la nuit. Aux heures de pointe, les bouches de métro vomissent des coulées de travailleurs à un rythme soutenu et continu. Les changements de saisons voient peu de variation dans leur apparition et dans leur mouvement. Tel un ballet euphorique, de concert avec le mouvement de la lumière; tel le tic tac de l’horloge, pour mieux s’approprier sa cadence... Rien ne vaut une tasse de café, assis dans la vitrine de Dean & Deluca à Shimbashi.

Shinagawa rush hour

6facdfea1ca8ca5420a3f63d7b8109ce.jpg

22:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

shinagawa rush hour

49b96753d7a1102bb0a8759740ad13d8.jpg

22:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

tokyo metro-boulot-dodo

“D’autre part, les possibilités de logement dans la ville et les loyers élevés poussent la majorités des travailleurs à devoir faire de longs trajets entre leur domicile et leur lieu de travail. Ils sont poussés à suivre un régime strict du métro-boulot-dodo.”

Mais le tout est toujours un peu mélangé. On les voit assis, debout, marchant les yeux fermés. Souvent les yeux fermés, encore endormis ou déjà épuisés, ils évoluent dans des mouvement cycliques, sans se toucher, ni se bousculer. Ils ne sont pas pour autant plus productifs car leur épuisement général a évidemment sa répercussion sur la qualité de leur implication à la tâche. D’ailleurs, leur expérience de vie s’est nettement raccourcie... Beaucoup sont terrassés de crise cardiaque vers 40 ans... D’épuisement. On les appelle les “salarymen”.
b328f52ec9261572a993bf8a2918c07f.jpg

22:20 Publié dans La Libre Essentielle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

shinagawa rush hour

8249941798ccb438572092e221dd357d.jpg

22:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

tokyo rapports humains

“Ensuite, leur éducation ne leur a pas appris à communiquer les uns avec les autres. Leurs rapports humains se limitent aux lieux de travail. Leurs contacts à ceux de leurs collègues. Leurs activités à leur travail et aux sorties entre collègues pour mieux se perdre au saké qui délie les langues. Et c’est à des heures tardives, que le sourire aux lèvres, et les paupières lourdes, ils prennent le dernier métro toujours plus épuisés pour rentrer enfin chez eux”.

Apparemment, le Japonais n’a pas été éduqué aux sorties entre amis pendant les études et ne sait pas comment s’adresser, s’intéresser, ni s’entretenir avec les autres. De ce fait, les rapports humains, s’ils ont la chance d’avoir lieu, semblent en général limités à quelques contacts intimes et parfois un peu rudes. Les hommes ayant peu de contacts avec les femmes, une main peu se perdre dans l’intimité du métro, pas le regard. Et une fois les relations établies, ils ont beaucoup de mal à partager la vie en couple et vivent chacun de leur côté.
e5babcaf081c17430c260fecd82e0dcd.jpg

22:15 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

tokyo carrière

“A cela s’ajoute également la libéralisation de la condition de la femme qui a depuis peu accès au travail, même si son statut n’est pas encore réellement accepté au sein de cette communauté d’hommes d’affaires. Elles souhaitent également faire carrière et donnent la priorité à celui-ci par rapport à la maternité. Ainsi, les hommes et les femmes s’épuisent au travail, n’arrivent pas à réellement communiquer et les rapports intimes diminuent. En conséquence, la courbe démographique est en forte régression.”

5997d6b153d81bbb3d0a5f28b0021707.jpg

22:10 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

Tokyo, politique démographique

D'après Monsieur Koichi Eugene Okamoto, Ph.d. Professeur de psychologie sociale à l'Université d'Eiwa de Tokyo, le gouvernement japonais a nommé un nouveau ministre dont le rôle uniquement est d’élever le taux d'accouchements, et ce ministre dispose de son propre comité de conseil pour gérer la politique du pays dans cette optique. Ils occupent cette fonction depuis près de 5 ans, mais à l’heure actuelle, aucun arrangement légal n’a été concrètement mis en application.

tokyometro2865.jpg
678e66abf3cec2536bad68e92b61c99f.jpg

16:10 Publié dans Culture, International, La Libre Essentielle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

16/09/2007

tokyo en silence

Cette ville vous transporte dans un état second, tout semble aller plus vite, une spirale d’actions, de sensations, rien ne s’arrête jamais vraiment un instant... Sauf peut être dans quelques endroits privilégiés comme le petit parc secret situé à côté d’un des environnements les plus moderne de la ville, à Shinagawa derrière la tour Dentsu ou le cimetière de Aoyama, surtout à l’époque de la floraison des cerisiers. Sachez que les saisons sont assez similaires aux nôtres. Retrouvez la paix aussi au Yoyogi Park, ouvert du lever du jour au crépuscule, dont l’entrée se situe à coté de Harajuku Station. Découvrez le magnifique Meiji Shrine. Le shrine, une sorte de temple, est un havre de paix. Avec un peu de chance, vous y assisterez peut-être à une célébration de mariage traditionnelle. Et puis, il y a les arbres à prières, où vous pourrez ajouter vos pensées si vous le désirez.


Carnet d’adresses

Séjour

Shinagawa
http://www.stringshotel.com/english/stay/index.html
Shimbashi
http://www.parkhoteltokyo.com/
Roppongi
http://tokyo.grand.hyatt.com/hyatt/hotels/index.jsp

Delecta

Au niveau culinaire, l’une des meilleures expériences est un restaurant style “Boutique Japanese”.

Higashi-Yama, 1-21-25 Higashiyama, Meguro-ku, Tokyo, Tel: + 81 (03) 5720 1300, Station de métro proche: Nakameguro station

Celui-ci propose une excellente cuisine “Japanese fusion” et un assortiment épatant de sakés vintage. La décoration est moderne, stylée, et confortable; le personnel, est quant à lui, attentionné et prévenant. Que vous passiez une soirée romantique à deux, ou dans le cadre d’une soirée de détente en groupe ou pour le business, saisissez l’occasion de vous y rendre. Je vous conseille de vous laisser guider un soir et de prendre le menu du jour... Un délice pour vos papilles et finalement, financièrement abordable.

Un dernier conseil, ne vous fiez pas au plan sur leur site internet. Si vous êtes perdu, demandez à un chauffeur de taxi de leur téléphoner et de vous déposer devant la porte. Mais ce conseil s’applique à toute recherche...

Une dernière chose, il faut savoir que l’existence des restaurants est en général de courte durée... Et bien souvent, si vous souhaitez retrouver un lieu qui vous a séduit... Il est fort probable qu’il n’existe plus. J’ai visité ce restaurant au mois de juillet.

Links

http://www.k3.dion.ne.jp/~pvatokyo/
http://www.whatsonwhen.com/sisp/index.htm?fx=location&loc_id=149573

e5ab10eb580c3e7989418d6a34c4bf0c.jpg

23:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

13/09/2007

Femmes

Je viens d’avoir 35 ans et aucune journée ne se passe sans que je ne me pose ces questions élémentaires et existentialistes quant à l’objet de la vie, de notre vie à tous et principalement de notre rôle à nous toutes, les femmes au sein de la société. Que sont devenus les principes judéo-chrétiens que nous ont inculqués nos parents?

Quel est notre rôle? En général, et à moins de s’instruire spécifiquement sur le sujet, trop peu de professeurs au cours de la vie se penchent sur cette question. Combien de parents éduquent les enfants à la prise de conscience de la réalité? Le sujet est trop délicat? Cette question bien trop lourde d’importance pour même oser l’aborder? Même à l’heure actuelle, en notre ère de hautes technologies, c’est un sujet presque tabou et son approche ou sa mention provoque souvent des réactions de rejet.

Je vous dédie ces écrits, à vous, les femmes. Mes contemporaines qui probablement se posent les nombreuses questions de notre rôle dans la société. Les plus jeunes, ces enfants et adolescentes qui en toute évidence risquent d’être confrontées à des situations déstabilisantes et états d’esprit fragilisés. Aux mamans, pour qu’elles comprennent mieux la situation dans laquelle nous sommes. Je dédie également cet blog à mes filles, celles qui seront ou peut-être ne verront jamais le jour.

Lorsque je m’écoute, lorsque je regarde et observe les personnes qui croisent mon chemin, je ressens cette pression forte à laquelle nous sommes toutes et tous confrontés. Cette pression personnalisée dans un état de solitude. Une solitude implacable, toute relative et finalement acceptable. J’aimerais ouvrir vos yeux et vos sens à la réelle valeur de la vie.

Et la vie file à une vitesse...
Quelle ivresse!a859f61340a77c003038dc997e353cfd.png

20:15 Publié dans La Libre Essentielle, Perso | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |

La compagnatrice

Bonjour

Après de nombreux écrits laissés inédits, je saisis l’opportunité offerte par La Libre Essentielle. Confortablement installée dans un appartement à Hambourg en Allemagne en ce mois de septembre 2007. Je prends le temps de vous écrire et de vous faire partager des moments clefs.

La vie est une véritable aventure et chaque jour, chaque instant qui la compose est une incroyable histoire. Un peu comme les livres, ces aventures s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Notre propre bibliothèque est la plus riche. Elle s’écrit sur un équilibre de joies et de peines, de douceur et d’amertume, dans le présent, le passé et le futur.

Et si un jour les mésaventures tragiques nous font perdre conscience, si un jour on a tendance à l’oublier, souvenez-vous de ces quelques lignes. Souvenez-vous que la vie est le plus beau cadeau que nous ayons reçu.

Ariane
fdedb16409a0e72e6480dac024529016.jpg

18:20 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | |  Imprimer | |